lundi 28 mai 2012

iMoot 2012 - "Completion Tracking" et "Get in Condition for the Game" - Deux conférences sur les activités conditionnelles

Voilà deux conférences de Chad Leaman et Ben Young de Lambda Solution (@lambdasolutions)  et de John Iglar (@j_iglar) où on aborde la question de l'utilisation des Activités conditionnelles, de l'achèvement des cours et de l'achèvement des activités (Course completion, Activity completion et Conditional activities).

Conférence «Completion Tracking» par Chad Leaman et Ben Young (Lamda Solutions)

Dans cette conférence, on présentait un bref aperçu du mode de fonctionnement de ces nouvelles ressources dans Moodle. On y parle notamment de la manière avec laquelle on peut assurer un suivi de la réalisation des activités par l'étudiant et comment ces données peuvent soutenir l'enseignant dans l'encadrement à donner aux étudiants. Parmi les fonctionnalités explorées on retrouve : les modalités de paramétrage de chaque activité dans une logique conditionnelle, la possibilité de sanctionner la complétion d'un cours par un amalgame d'activités conditionnelles intégrées et les fonctionnalités de rapport offertes à l'enseignant.

Pour ceux qui n'ont pu participer à la présentation puisque n'étant pas inscrit au cours, on peut consulter une webconférence organisée par Lambda Solutions au mois d'avril 2012 sur ce même thème en se rendant à l'adresse suivante: (http://mss.bccampus.ca/mod/url/view.php?id=1744). Drôle, on doit cependant se connecter à Blackboard pour voir cette présentation ;-D

"Get in Condition for the Game" par John Iglar

Ici, peu de description technique des modalités d'utilisation des activités conditionnelles, de l'achèvement de cours ou d'activités. On se concentre plutôt sur le pourquoi, tout en offrant un bel exemple de jeu s'appuyant sur des activités conditionnelles. En fait, John propose d'explorer son atelier en évoluant à travers le jeu qu'il nous a créé, un jeu qui s'appuie essentiellement sur les activités conditionnelles et qu'il propose sur le site du iMoot 2012. Sa proposition est à l'effet de créer un jeu par lequel l'étudiant sera amené à découvrir les notions importantes de son cours et à développer ses habiletés et compétences visées par la formation.

Évidemment, dans cette présentation on se situe beaucoup dans la diffusion de contenus. C'est encore ce qui est le plus rapide à construire, ce qui explique probablement son choix. Mais si on pense recourir à une telle approche dans une perspective expérientielle, on aura tôt fait de constater tout le potentiel éventuel que peuvent offrir ces fonctionnalités de Moodle 2.x. Il est en effet très facile d'envisager comment on pourrait utiliser les ressources existantes dans une formation comportant déjà une scénarisation complexe afin de proposer un arrimage entre activités en ligne et activités en présence. Une partie de cas pourrait être donnée en ligne, qui inclurait différents types de ressources à consulter et de productions à remettre à l'enseignant avant le lancement d'une deuxième phase de diffusion de données sur le même cas. Celle-ci pourrait solliciter des activités en présence ou encore en ligne. Outre la réduction de papier normalement envisagée, la diffusion en ligne pourrait aisément être bonifiée de ressources multimédia augmentant le caractère immersif de l'activité de formation.

Pour mon travail

Déjà de telles réflexions étaient sur la table pour certains projets à venir, mais ces présentations me donnent des outils pour aller de l'avant... vivement que nous disposions enfin d'une version à jour de Moodle!

iMoot 2012 - "Overview of new features in Moodle 2.3 - Keynote" - Martin Dougiamas


Voilà la keynote tant attendue de Martin (@moodler). On débute avec l'annonce d'un retard dans l'offre en production de Moodle 2.3 qui sortira avec deux semaines de retard, soit le 18 juin. Ensuite, on passe en screensharing pour un aperçu en direct des améliorations apportées à la version 2.3.

Voici quelques-unes des améliorations apportées:

  • au niveau de l'utilisation de la page d'accueil
    • nouvel outil de sélection d'activité
    • possibilité de drag and drop pour déposer des documents dans la page
    • possibilité de changer le nom d'une ressource directement dans la page d'accueil
  • majeures au file picker
    • drag and drop
    • interface et navigation améliorées
    • "create an alias/shortcut to the file" est une nouvelle fonctionnalité qui permet de créer un raccourcis vers l'image, permettant de réutiliser une image à plusieurs endroits. L'image originale garde une trace des raccourcis existants
  • external repository... intégration plus approfondie a différents dépôts externes (dépôts formels, ex.: Equella)
  • assignment module (activité devoir)
    • complètement réécrit et permettra une évolution de l'outil
  • book module...
    • le plus populaire des modules complémentaires, maintenant intégré au «core»
  • quiz module
    • quelques nouveautés intéressantes... notamment la possibilité d'obliger à un étudiant de répondre aux questions dans un ordre prédéterminé
  • SCORM module
    • nouveau graphique de rapport
  • workshop module
    • les deadlines apparaissent dans le calendrier automatiquement
  • available update notifications
    • pour les admins, l'installation peut vérifier les mises à jour disponibles (paramètre à activer dans "Settings > Server". Voit la présence de modif, propose de comparer le code et redirige vers la page de téléchargement... avec la version 2.4, on pourra faire la mise à jour directement.
Prévu pour Moodle 2.4... un petit avant-goût.
  • "Moodle Universal Cache" pour remplacer le "theme cache" actuel
  • course format - complètement réécrits pour être plus flexible et adaptable
  • course/category management - nouvelle interface administrateur, plus de drag and drop, du Ajax, etc.
  • icônes - changement de tous les icônes pour un meilleur design
  • accessibilité - amélioration de l'interface pour l'accessibilité Web
  • repository plugin for direct audio/video recording - comme ce qu'offre Poodll, mais dans une logique interne, sera adapté à flash, html5, java
  • forum module upgrade - changement du forum utilisé dans le core pour adoption de Forum NG
  • wiki module - Révision de la sélection de OUWiki pour remplacer le wiki du core
  • calendar - possibilité d'importer iCal dans Moodle calendar... on peut déjà exporter de Moodle vers iCal, mais désormais on pourra importer
  • et autres éléments
À venir chez Moodle
  • Moodle mobile est en cours d'évolution (ex.: notification devrait être intégrée)
  • My Moodle n'a pas connu d'évolution récente. On veut y voir apparaître de nouveaux blocs qui aident l'étudiant dans son suivi de ses formations
En conclusion... 2.3 devrait être meilleur, plus rapide et plus robuste... faut avouer que le drag and drop sera vraiment bienvenue dans la conception de cours.

iMoot 2012 - "How to put people off Moodle - Keynote" - Mary Cooch


Dans cette Keynote de Mary (@moodlefairy), on abordait la question de l'intérêt spontané pour Moodle. On y parle de la manière d'adapter le look et l'organisation de Moodle afin d'améliorer l'expérience des étudiants et des enseignants. On y parle également des approches à privilégier pour diffuser Moodle auprès des équipes de formations pour éviter la surcharge d'information.

Voici quelques points qui m'ont particulièrement marqué

  • Penser des capsules de formation délimitées dans le temps et qui rencontrent le vocabulaire des utilisateurs.
  • Adapter la page d'accueil et la navigation initiale pour soutenir l'étudiant et l'enseignant dans sa navigation dans Moodle.
  • Comme Mary le suggère, une page contenant des liens très simples peut faire le travail dans la mesure où l'objectif est d'organiser des activités de façon logique. Effectivement, dans le cas de programmes complexes où des cours spécifiques sont sollicités à différents moments de la formation, une organisation par image peut ne pas être utile.
  • Trouver un moment pour démontrer comment on utilise Moodle dans différents services.
  • Un «Bac à sable» n'est pas utile pour la majorité des utilisateurs. Un besoin d'activités semi-dirigées est souvent présent. Un moyen de démontrer ce que peut faire Moodle dans différentes formations est d'utiliser le portail Mount Orange School (http://school.demo.moodle.net/), un portail gratuit et ouvert. Le «bac à sable» gagne donc à être proposé du point de vue de l'étudiant (comment ça se passe pour lui, ce qu'il fait dans une activité, etc.).
  • S'assurer de donner accès aux enseignants à un étudiant «bidon» afin que les enseignants puissent tester ce qui se passe du point de vue d'un vrai étudiant, pour pallier au fait que le «switch role» ne donne pas toujours un rendu pertinent.

 Comme toujours venant de Mary, voilà des idées intéressantes à creuser...

dimanche 27 mai 2012

iMoot 2012 - "My Journey with Moodle 2 themes" - Benjamin Wagner

Dans sa présentation, Benjamin (@Webanywhere sur Twitter) nous présente son exploration des thèmes dans Moodle 2.x. Au menu différents points intéressant pour nous aider à appréhender les thèmes dans Moodle... voici mes notes.

Des changements dans Moodle 2.x

On le savait déjà, les thèmes dans Moodle 2.x ne sont pas compatibles avec les thèmes de la version 1.x. Il faudra donc se relever les manches et reprendre le travail. Voilà les principales modifications aux thèmes:
  • Nouvelle structure de fichiers et répertoires.
  • Le «docking», c'est-à-dire la capacité de déplacer un block de la page principale vers la marge gauche ou droite du navigateur... à mon sens, une amélioration intéressante, mais qui risque d'entraîner quelques moments de stress pour les utilisateurs moins expérimentés.
  • Nouveaux paramètres de pages
  • Préférence des thèmes pour un affichage fluide mieux adapté aux larges écrans... et j'aurais tendance à préciser aux écrans plus petits (ex.: tablettes).

Une proposition éditer des thèmes existants

Intéressante proposition pour apprendre ce que contiennent les thèmes dans Moodle 2.x, jouer dans des thèmes déjà existants. Benjamin nous propose deux thèmes pour ce faire:
  • Leatherbound (un simple) : http://moodle.org/mod/data/view.php?d=26&rid=3056
  • Aardvark (un plus complexe) : http://moodle.org/plugins/view.php?plugin=theme_aardvark

Le recours aux «Master theme»

Dans la version 2.x, on peut déterminer un thème général pour le site entier, puis proposer un thème adapté pour certaines sections du site (ex.: par catégorie). Ce principe se révèle fort intéressant si une institution veut
  1. Adapter son thème en fonction de différentes clientèles (ex.: par département ou sphères de formation)
  2. Permettre de proposer une certaine mise en forme du portail en cas d'hébergement de formation d'organisations partenaires (ex.: pensons dans notre cas aux organisations externes désirant diffuser sur notre portail leurs formations).

Les erreurs à éviter

Quand on débute avec la modification des thèmes, on risque de faire quelques erreurs qu'il faut le plus possible éviter:
  1. Tenter d'adapter le thème de Base de Moodle : Celui-ci est prévu pour offrir toutes les options possibles à l'adaptation. Conséquemment, il s'agit de l'un des thèmes les plus complexes à adapter.
  2. Tenter de "patcher" les images (pix) en créant un nouveau répertoire et en changeant les liens : Le plus  simple demeure toujours d'écraser les images par défaut d'un thème
  3. Réécrire le contenu des bannières
  4. Changer les boutons d'action partout


Les thèmes hérités

Dans le fichier config.php, S'assurer que la ligne suivante est présente :
$THEME->parents = array('canvas','base');
Permet que les paramètres des thèmes «base» et «canvas» soient intégrés par défaut, réduisant le besoin en rédaction de code.

L'environnement WYZIWYG pour l'adaptation d'un thème

On le sait, Moodle 2.x permet à un administrateur de changer le thème en ligne. Pour ce faire, on doit ajouter un fichier lib.php et settings.php (plus fichiers de langue) à notre style.

Créer un thème hérité

En créant un thème hérité d'un thème existant (issu préférablement du «core» j'imagine), on peut en quelques lignes de code créer un nouveau thème... en héritant des principales propriétés d'un autre thème. L'avantage est qu'on demeure ainsi proche d'un thème standard de Moodle qui sera probablement adapté pour répondre aux besoins d'une nouvelle version.

Appréciation finale...

De belles réflexion :-D

mardi 22 novembre 2011

Fin de Flash sur Android ou chronique d'une mort annoncée

En tant que conseiller en technopédagogie chargé de concevoir des activités de formation, je m'intéresse depuis quelques temps à la guerre entre Adobe et Apple au niveau de l'intégration du Flash Player sur les appareils mobiles produits par Apple. Pour moi ce n'était qu'une question de temps avant qu'Apple décide d'emboîter le pas aux autres grands joueurs du monde mobile (Google, Research In Motion et Microsoft) et accepte l'implantation de ce petit logiciel sur son iOS, le système d'exploitation derrière tous les iPhone, iPad et iPod Touch de ce monde. Après tout, Flash est un joueur si présent dans le monde du Web qu'une telle ouverture devenait presque inévitable.

Or voilà qu'une nouvelle est tombée il y a un peu plus d'une semaine qui vient un peu perturber cette conviction que j'avais... Adobe décide de cesser de développer le Player Flash destiné aux appareils Android et BlackBerry.

La nouvelle

Comme on peut le lire sur l'Adobe Features Blog (https://blogs.adobe.com/conversations/2011/11/flash-focus.html), Adobe vient d'annoncer qu'elle cessait dès à présent son développement du Player Flash destiné aux systèmes d'exploitation Android et BlackBerry. Résultat, tous les utilisateurs d'appareils mobiles équipés du système de Google ou de RIM ne pourront plus suivre les évolutions du Player Flash.

Adobe explique ce choix en annonçant du même souffle que, tout en continuant de supporter et de faire évoluer la version Desktop de son Player Flash, elle concentrera maintenant ses efforts sur :
  1. le développement de HTML5, le compétiteur direct de Flash dans bien des domaines sur le Web, et;
  2. la poursuite de l'optimisation de Flash comme moteur de conception d'applications et de jeu évolués (ex.: 3D).
Ce que ça veut dire concrètement, c'est qu'Adobe se range derrière Apple dans la promotion du HTML5... tout en voulant certainement le supplanter par un investissement majeur en ce domaine, et qu'il délaisse l'adoption de Flash par une partie croissante des appareils dédiés à la navigation Web.

Ce qui est touché en fait, ce sont essentiellement les animations de type SWF, un format de fichier qui permet la diffusion d'animation et d'interactions riches. L'autre type de fichier lu par le Player Flash est le FLV (ou sa version plus récente F4V) qui lui sert à diffuser des vidéos. Or, ce dernier format de fichier ne sera pas touché par la décision d'arrêter de produire le Player Flash pour les systèmes d'exploitation mobiles, pour la simple raison qu'Adobe offre déjà une réponse via son application de streaming. Celle-ci reconnaît la présence ou non du Player Flash sur l'appareil du visiteur et diffuse le vidéo dans un format pouvant être lu par celui-ci (http://www.adobe.com/products/flashmediastreaming/).

Une décision qui s'explique


Flash était l'un des fers de lance chez Adobe. Format propriétaire facile à consulter avec le Player gratuit offert par l'éditeur, il était à l'avant-scène de bien des développements logiciels offerts par Adobe.

Or, les lacunes de Flash étaient aussi bien connues. Flash n'est pas des plus réactifs sur certains appareils Android. Sur la Motorola XOOM, ça passait relativement bien, mais ce n'était pas nécessairement le cas partout. Va de même pour les ordinateurs de moins grande puissance qui ont de la difficulté à faire rouler une animation Flash riche. C'est d'ailleurs l'une des raisons qui avait poussé Apple à refuser l'installation du Flash Player sur le iOS (lire Thoughts on Flash de Steve Jobs, 2010). Avec la montée en puissance des appareils mobiles roulant le iOS, on peut croire qu'il devenait dérisoire pour Adobe de continuer à travailler pour une ouverture de Apple en ce domaine.

Aussi, HTML5 s'est présenté entre-temps comme une option crédible au Flash Player. La plupart des fonctionnalités offertes par Flash peuvent effectivement être réalisées en HTML5, qu'il s'agisse de la diffusion de médias riches ou de multimédia. La disponibilité de diverses librairies JavaScript rend par exemple possible la conception d'animations et d'interactions riches pour l'utilisateur.

Qu'est-ce que ça veut dire concrètement dans le marché de l'Internet aujourd'hui
Avec la croissance du marché des téléphones intelligents et des tablettes, il faut s'attendre à une croissance de la navigation mobile. Déjà, selon NetMarketShare, on est passé d'une navigation mobile représentant 0,91 % des visites de sites en juillet 2009, à 5,5 % en juillet 2011. On doit s'attendre à ce que ce phénomène ne cesse d'augmenter.

Ainsi, si les principes de logique peuvent s'appliquer en ce domaine, on peut croire qu'à terme on observera progressivement une réduction de la proportion de sites incluant du Flash. Les éditeurs de site voudront certainement demeurer visible de tous leurs visiteurs, utilisant tant des appareils mobiles que des ordinateurs traditionnels, ce qui les poussera probablement à délaisser le Player Flash, ou du moins à lui offrir une alternative.

Je sais, on appelle cela de la spéculation, mais avouez que l'idée n'est pas mauvaise...

Et pour le Rapid elearning


Voilà le noeud pour moi. Depuis que je joue dans le monde du elearning, je travaille avec le format Flash de près ou de loin. En effet, les principaux produits utilisés dans le monde du Rapid elearning produisent tous au final un format Flash. Qu'il s'agisse de produits provenant de chez Adobe, comme c'est le cas avec Adobe Captivate ou Adobe Presenter, ou encore de compétiteurs tels que Articulate, tous ces environnements éditeurs produisent minimalement du SWF.

Mais voilà la bonne nouvelle, les gens de chez Adobe se parlent (semble-t-il). N'ayant évidemment pas avantage à abandonner complètement le marché des outils éditeurs et ne pouvant peut-être pas à court terme offrir des logiciels d'édition publiant au format HTML5, les équipes de développement de chez Adobe ont travaillé au développement d'application de conversion. À titre d'exemple, on présentait lors de l'Adobe MAX 2010 un outil de conversion des fichiers FLA au HTML5.

En septembre 2011, le Rapid eLearning | Adobe Captivate Blog publiait quant à lui un article annonçant la disponibilité en bêta d'un convertisseur HTML5 pour les fichiers SWF publiés depuis Adobe Captivate 5.5. Sur l'Adobe Lab, on peut d'ailleurs lire que déjà le HTML5 Converter for Adobe Captivate 5.5 permet de transformer une activité compatible SCORM 1.2 incluant des quiz et des interactions avancées au format HTML5. Tous les éléments introduits dans le SWF généré par Captivate ne sont pas nécessairement convertis pour l'instant, mais la nouvelle est de bon augure, puisqu'elle nous laisse croire qu'à court terme Adobe ne nous laissera pas tomber et continuera à offrir des environnements éditeur.

En conclusion


Reste maintenant à voir quelles orientations prendra Adobe dans ses développements futurs. Mais une chose me semble certaine, cette décision d'arrêter de produire le Player Flash pour Android risque fort d'avoir une incidence sur le marché des appareils mobiles. Déjà ça grogne un peu chez les quelques utilisateurs à qui j'ai parlé de cette nouvelle. Quant à moi, je me console en me disant que, étant équipé du dernier Player Flash disponible pour Android (11.1.102.59), j'atteindrai probablement la limite de la durée de vie de ma XOOM avant de ne plus être capable de naviguer le Web par cause d'un Player Flash trop ancien.

Côté travail cependant, cette annonce m'amène à redoubler d'attention. Quelles seront les orientations prises par Adobe dans les prochains mois? Quelles évolutions connaîtront les produits dédiés elearning?

Une chose est certaine, cette nouvelle milite en faveur d'un réinvestissement de nos énergies vers des solutions qui s'appuieront sur des formats ouverts. Tout compte fait, la voie du HTML5 n'est peut-être pas si mauvaise, mais elle demandera assurément une certaine phase d'appropriation par nos services techniques. Qu'à cela ne tienne, nous devrons y venir, puisqu'il semble qu'on ne puisse plus compter à long terme sur le Player Flash pour nous aider à diffuser nos contenus.

mardi 2 août 2011

Retirer les numéros de section dans un cours sous Moodle

Un nouveau tutoriel de Mary Cooch vient d'être publié sur sa chaîne Youtube UsingMoodle. Mary nous y explique comment, en ajoutant une simple ligne de code à un «label» (une ressource «Titre» pour les francophones), on peut modifier simplement le CSS d'une page pour ne plus afficher le numéro de section.

Du coup, on se retrouve avec un affichage plus type «logiciel de gestion de contenu» que «logiciel de diffusion de matériel de cours». C'est quand même fou ce que peut faire une petite ligne de code bien utilisée.

Comme le disait un intervenant dans un commentaire sur la vidéo, on peut ensuite envisager d'autres utilisations possibles à ce type de dérogations au CSS...



Merci à Mary pour avoir diffusé si efficacement le tuto et merci à Itamar qui est à l'origine de la solution qu'on peut consulter sur le forum de Moodle.org.

dimanche 1 mai 2011

#iMoot2011 - Session 28 - New HTMLAREA Editor custom plugin framework support - Nadav Kavalerchik

Présentation d'une patch qui ajoute une panoplie de ressources à l'éditeur HTML WYSIWYG (Moodle 1.9.10). En fait, il s'agit d'un hack non officiel.

On peut par exemple importer des images par Drag and Drop, intégrer des SWF ou encore intégrer des icônes.

On peut par exemple aussi modifier la largeur des colonnes d'un tableau avec un simple bouton qui ouvre une fenêtre contextuelle. Actuellement, pour réaliser une telle modification, on doit absolument passer par le code HTML, ce qui n'est pas très pratique pour l'utilisateur novice.

Navad a également intégré un éditeur d'images vectorielle. Une image créée ne peut être modifiée par la suite, mais l'édition initiale semble particulièrement fonctionnelle. On retrouve aussi un éditeur d'image simple qui permet aux étudiants de dessiner en ligne sur une image.

On peut enregistrer en «live» des extraits audio allant jusqu'à 1 minute. Le serveur doit cependant être équipé d'un compresseur mp3 pour permettre le transfert de l'extrait qui s'affichera alors automatiquement sous ce format.

En résumé, un petit hack intéressant qui rassemble une série de «Missing features» sûrement identifiés par de nombreux enseignants.

Petit point négatif... aucune version 2.0 n'est en construction. Reste à voir quand et si on en fera une nouvelle version. Comme certains intervenants le précisaient durant la conférence, le hack risque cependant d'être moins important avec la version 2.0 de Moodle. Par exemple, le bouton «Dropbox» n'est plus utile puisque déjà proposé par le «Repository» de Moodle 2.0.

On attendra donc une nouvelle version avant de se lancer dans une intégration en «production».

En final, un petit vidéo qui présente certains éléments du hack:

Référence
Présentation dans Moodle Tracker : http://tracker.moodle.org/browse/CONTRIB-2730 (il faut voter pour le faire évoluer)
Accès au code : https://github.com/nadavkav/RTL-BIDI-Hebrew-Moodle-Plugins/tree/master/lib/editor/htmlarea/custom_plugins